Show simple item record

hal.structure.identifierInstitut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales [IRISSO]
dc.contributor.authorMorteau, Alexandre
dc.date.accessioned2019-06-25T12:54:01Z
dc.date.available2019-06-25T12:54:01Z
dc.date.issued2018-06
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/19030
dc.description.abstractfrDepuis quelques années, les grands événements sportifs internationaux (GESI) se multiplient sur leterritoire français, manifestant l’engagement croissant du mouvement sportif et des pouvoirs publics dansl’organisation de compétitions sportives à portée mondiale. Cette dynamique nous conduit à nous interrogersur l’émergence (ou non) d’une politique publique d’accueil d’événements sportifs, à l’image des initiativesmenées par certaines collectivités locales (ville, région, département) et décrites dans la littérature existante (J.-L. Chappelet, 2006). En effet, depuis environ dix ans, les services de l’Etat développent un intérêt croissantpour ce type d’événements au motif qu’ils permettent de favoriser le rayonnement international de la France,de promouvoir le mouvement sportif et d’implémenter des politiques publiques (MJS, 2005). Plusieursinitiatives de l’Etat semblent attester de l’existence d’une « stratégie d’accueil systématique d’événementssportifs (PASES) », définie comme « une série de décisions et d’activités menées par de potentiellesvilles/régions/pays hôtes qui utilisent les financements publics et d’autres ressources via des cadresinstitutionnels formels et informels pour réguler leur engagement dans le soutien aux candidatures et àl’organisation d’événements sportifs, notamment par le recours à des outils de management et de marketingpour coordonner et promouvoir les actions des parties prenantes, telles que les pouvoirs publics (à différentséchelons), les organisations sportives, les sponsors commerciaux, les groupes de bénévoles, les collectivitésterritoriales et les propriétaires d’événements » (Jean-Loup Chappelet & Lee, 2016) : en 2007 est créé le postede délégué interministériel aux grands événements sportifs (DIGES) afin de coordonner l’aide des servicespublics aux organisateurs de GESI. En 2009, le Centre National pour le Développement du Sport (CNDS) estchargé de subventionner les GES. Enfin en 2013 sont créés le Comité Français pour le Sport International(CFSI) et le poste d’ambassadeur pour le sport afin de promouvoir les intérêts de la France à l’international.Toutes ces créations institutionnelles tendent à montrer une stabilisation des dispositifs liés à l’accueil etl’organisation des grands événements sportifs, et pourraient expliquer le nombre croissant de compétitionsorganisées en France.Cependant, les premières observations font état d’un constat paradoxal. Plutôt que de renforcer lesdispositifs existants, l’obtention des Jeux olympiques semble conduire à une déstabilisation, ou du moins unerefonte en profondeur, des organismes publics liés à l’accueil des GESI : Diminution du budget du CNDS, duMinistère des Sports, ou encore nomination d’un Délégué Interministériel aux Jeux Olympiques (DIJOP) pourabsorber la DIGES.La communication que nous proposons cherche à comprendre comment les Jeux olympiques de 2024constituent pour certains acteurs publics une ouverture stratégique pour s’affirmer dans le champbureaucratique ou politique, et pour recomposer les dispositifs administratifs d’accompagnement des GESI,autrement dit pour effectuer une redistribution partielle des pouvoirs dans cet espace social. Les recherchesont montré une transformation de l’accueil de grands événements sportifs, passé d’une focalisation sur l’outcome(PASES) à une attention portée à l’output (SASES) (Chappelet & Pinson, 2015). Il s’agira ici de se demander sila France s’inscrit dans ce cadre, alors qu’il avait été montré que les stratégies d’accueil étaient, au mieux,balbutiantes en 2011 (Gnädinger, Stopper & Kempf, 2011). Le matériau empirique se compose principalement 33de 7 entretiens semi-directifs menés auprès d’acteurs publics appartenant aux institutions chargées d’aider àl’accueil ou à l’organisation des GES. Ce corpus est également complété par 11 entretiens exploratoires avecdes individus impliqués dans le mouvement sportif et olympique, et ayant entretenu des contacts plus oumoins étroits avec ces institutions. Ces données empiriques ont pu être confrontées à des archivesparlementaires ou ministérielles afin de pallier la mémoire des enquêtés et d’avoir une approche pluslongitudinale.Ces données seront ensuite analysées à l’aune des outils de la sociologie des élites administratives et de lasociologie de l’action publique, en nous appuyant notamment sur l’exemple des politiques culturelles (Dubois,2012), dont la trajectoire historico-administrative présente des similitudes avec celle des politiques sportives(Callède, 2000). Les Jeux Olympiques ouvrent une fenêtre d’opportunité pour les politiques publiques(Kingdon, 1984) et permettent aux acteurs de s’engager dans des stratégies de repositionnement au sein del’espace administratif : redistribution de compétences, mise sur agenda de projets antérieurs, promotion desintérêts sectoriels, opportunités de carrière, etc. Les entretiens montrent la diversité des intérêts des acteurspublics autour des JO, permettant de dépasser une image parfois réifiée de l’Etat ou des organisateurs autourde cet événement. C’est la notion d’héritage, notamment en termes de politiques urbaines, qui cristallisel’attention des pouvoirs publics, non sans provoquer des négociations autour de sa définition (Girginov, 2012).Ces enjeux des JO conduisent alors à un rapprochement de leur gestion administrative du centre du pouvoir(déplacement du Ministère des Sports vers Matignon), signe de la légitimité particulière de ce grand événementet, peut-être, d’une homologie entre hiérarchie des événements sportifs et hiérarchie administrative.en
dc.language.isofren
dc.subjectgrands événements sportifs internationauxen
dc.subjectpolitiques publiquesen
dc.subjectJeux Olympiquesen
dc.subject.ddc306.3en
dc.titleQuand l’Etat se prend aux Jeux : étude sur la recomposition des dispositifs publics d’accueil de grands événements sportifsen
dc.typeCommunication / Conférence
dc.relation.ispartofdate2018-06
dc.subject.ddclabelSociologie économiqueen
dc.relation.conftitleManagement du sporten
dc.relation.confdate2018-06
dc.relation.confcityRennesen
dc.relation.confcountryFranceen
dc.relation.forthcomingnonen
dc.description.ssrncandidatenonen
dc.description.halcandidatenonen
dc.description.readershiprechercheen
dc.description.audienceNationalen
dc.relation.Isversionofjnlpeerreviewednonen
dc.relation.Isversionofjnlpeerreviewednonen
dc.date.updated2019-05-29T14:14:44Z
hal.author.functionaut


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record