Show simple item record

Social networks at the heart of power : focus on the elites

dc.contributor.advisorRazafindrakoto, Mireille
dc.contributor.advisorRoubaud, François
hal.structure.identifier
dc.contributor.authorRua, Linda*
dc.date.accessioned2020-10-22T12:41:06Z
dc.date.available2020-10-22T12:41:06Z
dc.date.issued2019-12-13
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/21146
dc.description.abstractfrCette thèse explore l’une des sources potentielles de blocage du développement de Madagascar, qui subit une récession et des crises socio-politiques récurrentes depuis soixante ans : les relations entre les élites. L’intégration des élites est en effet considérée dans la littérature comme un élément indispensable à la stabilité des régimes démocratiques. Grâce à une base de données d’une ampleur et d’une richesse inédites, ainsi qu’à l’emploi de techniques innovantes, nous analysons la structure du réseau global des élites et montrons que le réseau élitaire est certes, globalement intégré, mais de façon très inégale. Certains groupes d’élites (notamment celles aux origines sociales les plus modestes) se trouvent en marge de ce réseau ; tandis que les élites les plus influentes et les plus avantagées socialement y occupent une place privilégiée et cultivent « l’entre-soi ». Ce type d’intégration n’a jusqu’ici jamais été décrit dans la littérature. En analysant la distribution des réseaux élitaires égocentrés, nous montrons par ailleurs que, malgré des signes perceptibles d’une certaine compensation des désavantages d’origine sociale par le réseau, ces désavantages se reflètent dans les inégalités d’accès aux réseaux élitaires. Nos résultats valident donc l’hypothèse de l’amplification des inégalités par le réseau, et montrent que cette amplification passe en partie par les comportements homophiles et la participation à des associations et clubs élitistes des élites les plus avantagées. Enfin, nous montrons que ces inégalités d’accès et d’intégration au réseau élitaire se traduisent par des inégalités d’accès aux positions de pouvoir les plus élevées. Le réseau élitaire est en effet l’un des déterminants principaux du niveau de pouvoir des élites, en plus de l’origine sociale. La relative exclusion de certains groupes élitaires, potentiellement déstabilisateur, du réseau des élites les plus influentes et des positions de pouvoir les plus élevées constituent une piste d’explication de la trajectoire de Madagascar.fr
dc.language.isofr
dc.subjectRéseaux sociauxfr
dc.subjectÉlitesfr
dc.subjectPouvoirfr
dc.subjectInégalitésfr
dc.subjectIntégrationfr
dc.subjectMadagascarfr
dc.subjectPetit-mondefr
dc.subjectMéritocratiefr
dc.subjectInstitutionsfr
dc.subjectSocial networksen
dc.subjectElitesen
dc.subjectPoweren
dc.subjectInequalitiesen
dc.subjectIntegrationen
dc.subjectMadagascaren
dc.subjectSmall-worlden
dc.subjectMeritocracyen
dc.subjectInstitutionsen
dc.subject.ddc338.5
dc.subject.classificationjelD.D7.D71
dc.subject.classificationjelD.D6.D63
dc.subject.classificationjelO.O5.O55
dc.titleLes réseaux sociaux au cœur du pouvoir : les élites en questionfr
dc.titleSocial networks at the heart of power : focus on the elitesen
dc.typeThèse
dc.contributor.editoruniversityParis Sciences et Lettres
dc.contributor.editoruniversityUniversité Paris Dauphine
dc.description.abstractenThis thesis explores one of the potential impediments to the development of Madagascar, which has been experiencing a recession and recurrent socio-political crises for sixty years: relations between the elites. Elites’ integration is indeed considered as essential to the stability of democratic regimes. Using a database of unprecedented scope and comprehensiveness, and innovative techniques, we analyse the structure of the global elites’ network and show that elites are globally integrated, but in a very unequal way. Some elite groups (especially those with the most modest social backgrounds) are on the margins of this network; while the most influential and socially advantaged elites hold a privileged place and prefer "keep to themselves". This type of integration has never been described before in the literature. By examining the distribution of elites’ ego-networks, we also find that, despite perceptible signs of compensation for social disadvantages by the network, these disadvantages are reflected in the inequal access to the elite networks. Our results validate the hypothesis of amplification of inequalities by network and show that amplification is partly due to homophilous behaviours and elitist associations and clubs. Finally, we show that these inequalities of access to and integration into the elite network result in unequal access to the highest positions of power. The elite network is indeed one of the main determinants of the level of power of elites, in addition to social background. The relative exclusion of certain elite groups, potentially destabilizing, from the network of the most influential elites and from the highest positions of power is a possible way of explaining the trajectory of Madagascar.en
dc.identifier.theseid2019PSLED069
dc.subject.ddclabelMicroéconomie
hal.author.functionaut


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record