Show simple item record

hal.structure.identifierInstitut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences Sociales [IRISSO]
dc.contributor.authorAchin, Catherine
hal.structure.identifierMédiation, Information, Communication, Art [MICA]
dc.contributor.authorAlbenga, Viviane
dc.date.accessioned2020-12-10T14:51:01Z
dc.date.available2020-12-10T14:51:01Z
dc.date.issued2020
dc.identifier.issn1291-6412
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/21258
dc.description.abstractfrL’Argentine connaît depuis quelques années des mobilisations féministes particulièrement massives et inventives, qui rassemblent plusieurs générations de femmes, migrantes, lesbiennes, trans de toute classe sociale. C’est directement en lien avec le mouvement de lutte contre les féminicides et son mot d’ordre Ni Una Menos qu’a été organisée en octobre 2016 la première grande grève nationale des femmes, renouvelée le 8 mars 2017 par une grève féministe internationale. La chercheuse féministe Verónica Gago a accepté de répondre à nos questions sur la genèse de ces grèves féministes et leurs apports théoriques et pratiques. Dans le contexte d’une très longue période « d’isolement social obligatoire » au printemps 2020 en Argentine, elle évoque aussi l’exacerbation des inégalités et des violences contre les femmes. Les associations et groupes féministes mènent de nombreuses actions pour maintenir les liens, s’entraider et rendre visible ces violences. L’urgence de l’aide immédiate s’inscrit néanmoins dans les cadres de l’organisation féministe, théorique et pratique, déployée depuis 2015, dont les grèves féministes ont constitué le fil rouge. Comme l’explique Verónica Gago, la grève féministe permet de lier violence économique et violence domestique, de faire des femmes des sujets politiques, de révéler la valeur du travail non reconnu, de provoquer un moment d’éducation populaire féministe à différentes échelles et de rendre possible une grève véritablement générale…en
dc.language.isofren
dc.subjectgrèveen
dc.subjectmobilisationen
dc.subjectféminismeen
dc.subjectArgentineen
dc.subject.ddc305en
dc.title“La grève n’est générale que si elle est féministe”. Entretien avec Veronica Gagoen
dc.typeArticle accepté pour publication ou publié
dc.relation.isversionofjnlnameMouvements
dc.relation.isversionofjnlvol3en
dc.relation.isversionofjnlissue103en
dc.relation.isversionofjnldate2020
dc.relation.isversionofjnlpages137-147en
dc.relation.isversionofdoi10.3917/mouv.103.0137en
dc.relation.isversionofjnlpublisherLa Découverteen
dc.subject.ddclabelStructure de la sociétéen
dc.relation.forthcomingnonen
dc.relation.forthcomingprintnonen
dc.description.ssrncandidatenonen
dc.description.halcandidateouien
dc.description.readershiprechercheen
dc.description.audienceNationalen
dc.relation.Isversionofjnlpeerreviewednonen
dc.relation.Isversionofjnlpeerreviewednonen
dc.date.updated2020-11-20T20:42:33Z
hal.identifierhal-03052397*
hal.version1*
hal.author.functionaut
hal.author.functionaut


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record