Show simple item record

dc.contributor.authorPerrot, Serge
dc.date.accessioned2009-07-02T13:15:46Z
dc.date.available2009-07-02T13:15:46Z
dc.date.issued2005
dc.identifier.urihttps://basepub.dauphine.fr/handle/123456789/675
dc.description.abstractfrLe concept d’engagement a fait l’objet de très nombreuses recherches, depuis les travaux d’Allport (1943) qui le définissent comme une attitude. Reeve et Smith (2001) recensent plus de 1200 articles dédiés à son étude, sur la seule période 1968-1998. De plus, des recherches empiriques mettent en évidence les antécédents et conséquences de l’engagement, ainsi que d’autres variables qui lui sont corrélées. Plusieurs revues de la littérature permettent d’apprécier l’importance de ce thème de recherche (Brown, 1996 ; Neveu, 1996 ; Palmero, 2000 ; Peyrat-Guillard, 2002). Cependant, cette profusion de recherches a contribué à entretenir une certaine confusion (Lapalme, Doucet, 2004) entre les différentes approches conceptuelles de l’engagement et ses définitions opérationnelles à travers le développement d’échelles de mesure (Reeve, Smith, 2001). En particulier, deux échelles de mesure basées sur des visions différentes de l’engagement se sont distinguées dans la littérature par la fréquence de leur utilisation : celle de Lodahl et Kejner (1965), puis celle de Kanungo (1982 a, b). Selon Brown (1996), l’approche de Kanungo (1982 b) est devenue la définition acceptée de l’engagement, représenté comme construit unidimensionnel de nature cognitive. Par ailleurs, l’approche de Kanungo (1982 b) vise également à développer une définition et une mesure qui soit généralisable au travers des cultures, échappant ainsi aux biais culturels nord américains. Cette recherche propose de tester l’échelle de Kanungo dans le contexte culturel français. Elle recommande notamment l’utilisation d’une version à 9 items au lieu de 10 dans les recherches futures, en se basant sur des résultats empiriques et une interprétation théorique de ces résultats. De plus, elle propose une représentation de l’engagement comme construit agrégé ou de second ordre.en
dc.language.isofren
dc.subjectEchelle de mesureen
dc.subjectJob involvement
dc.subjectimplication
dc.subjectEngagement au travailen
dc.subject.ddc658.3en
dc.subject.classificationjelM12en
dc.subject.classificationjelM51en
dc.subject.classificationjelM54en
dc.titleL'engagement au travail : une analyse psychométrique de l'échelle de Kanungoen
dc.typeArticle accepté pour publication ou publié
dc.description.abstractenTo overcome the conceptual fuzziness and the “measurement cacophony” related to the job involvement (JI) concept, Kanungo (1979) proposed an approach to JI focused on the individual’s cognition about his or her identification with work. Also, Kanungo’s JI scale has been developed to be used across different environments, avoiding cultural biases in the definition of JI. This paper empirically evaluates Kanungo’s JI scale in the French context, using a sample of graduates in the early stage of their career. The psychometric properties of the scale are examined through descriptive statistics, reliability and validity analysis, principal component analysis, and structural equation modeling. Overall, results show the robustness of the scale when used in a different cultural context. However, the use of one item is seriously questioned, on both empirical and conceptual ground. Therefore, a 9 item version of Kanungo’s JI scale should be considered for future research.en
dc.relation.isversionofjnlnameRevue de Gestion des Ressources Humaines
dc.relation.isversionofjnlissue58en
dc.relation.isversionofjnldate2005
dc.relation.isversionofjnlpages31-44en
dc.identifier.urlsitehttp://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00142919/fr/en
dc.description.sponsorshipprivateouien
dc.relation.isversionofjnlpublisherEskaen
dc.subject.ddclabelRessources humainesen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record